Petit monde des fous

La déshumanisation de l’haïtien

 Ça ne vous est jamais arrivé de rencontrer quelqu’un dans les rues de Port-au-Prince et vous vous demandez est-ce un fou ou quoi finalement ? Ça vous arrive chaque jour je présume. A chaque coin de rue de la capitale, un homme ou une femme, quand il n’est pas visiblement en déséquilibre psychologique, affiche un comportement d’une bizarrerie telle que l’on se questionne sur son état mental.

En fait, cela est devenu monnaie courante ; c’est notre quotidien : vivre avec des fous ou des pseudo-fous. Peut-être que le psychologue qui est entrain de lire cet article se demande qu’est ce que j’entends par pseudo-fou. Eh bien ! Ce sont ceux-là qui se mettent dans tous les états pour quémander, ou encore pour pouvoir mieux s’accommoder à leur misère atroce. Je dis atroce parce que tout simplement la misère est partout, mais en Haïti on dirait qu’elle a atteint depuis bien des temps son paroxysme. Et mine de rien, ceux-là qui sont chargés de notre gouverne ne s’en rendent même pas compte.

Il nous faut à chaque instant un blanc pour attirer notre attention sur cette réalité répugnante que vivent certains de nos concitoyens. Je me souviens encore de cet article d’un journaliste canadien rapportant la triste réalité d’un homme entrain de prendre son bain dans l’eau du caniveau. C’était en 2008. Vous qui l’aviez lu, ça vous avait sans doute choqué en tant qu’haïtien. Peut-être que vous vous souvenez encore de la déclaration d’un officiel canadien qui soutenait que la façon dont les haïtiens sont traités,  les porchers du Canada n’oseraient jamais donner un tel traitement aux cochons de leur porcherie. Ça nous a fait du mal en tant qu’haïtien, mais n’a-t-il pas raison ? A vous d’en juger.

Tout cela c’est pour dire que nos dirigeants politiques, notre bourgeoisie sont les seuls à ne pas se rendre compte que l’haïtien se déshumanise. C’est malheureux que certains se contentent de construire des murs géants autour de leurs propriétés, tout simplement pour se déconnecter du monde haïtien constitué de bidonville, de puanteur et de saleté. Dans l’appareil étatique les hommes et femmes qui nous bercent en période électorale mènent un combat acharné pour arriver à cela : se déconnecter du monde haïtien. Bien entendu, leurs enfants n’auront pas à mener ce combat de n’être pas du monde haïtien. Vous comprenez bien, ils sont nés ailleurs : Etats-Unis, Canada, France etc.… Seuls ceux-là qui ne détiennent pas de visa et les moyens de se payer un ticket enfantent ici. Vous comprenez bien l’avenir d’Haïti sera en grande partie entre les mains des fils et filles des démunis et des défavorisés. Ceux-là qui reçoivent une éducation au rabais. Et ni iront nous plaindre quand un 3J3K devient sénateur de la république. Nous, d’une certaine élite ne sont plus haïtiens, du moins sur nos passeports, donc ne pouvons pas participer civiquement au développement du pays et a la vie citoyenne.

De passage ou pas, pour l’instant nous sommes ici, entrain de fréquenter des fous ou des pseudos-fous qui nous harcèlent devant les supermarchés, les pompes à essence ou n’importe où en nous demandant l’aumône si ce n’est plus. Et croire qu’il existe une institution (Institut du bien-être social) qui devaient se charger de ses personnes ; on se questionne sur son bien fondé. De jour en jour, le nombre de ces anormaux augmente dans les rues et cela ne réveille et n’interpelle l’entendement d’aucun des responsables de ca pays ; ça ne leur dit rien. Ils ne les voient même pas, ils s’occupent de tout, sauf du travail pour lequel ils sont grassement payés. Comme le premier parmi les premiers, ils nous regardent droit dans les yeux, nous les regardons aussi pendant que perit la république périt.

Patrick Réma



3 commentaires

  1. Rony Blain 29 décembre

    Il me faut l’adresse du journal.

  2. JKad 27 juillet

    It’s about time that someone states the obvious. If we cannot see each other as himan being, we already lost our humanity. No matter how different we think we are from one another, we are doomed to a common future. Unfortunaly, meme les justes ne seront pas sauve. C’est malheureux, nous somme tous malheuruex. Pauvre pais.

  3. muondo 29 janvier

    Très bon blog une grande qualité!

Laisser un commentaire

uneaura4etoiles |
Fanatique d'esprit |
Scravic |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | New EVENING Newcastle CHRON...
| Archives Montségur 09
| Paroles de Soie