Opinions(Fiction Politique)

Un jour...

Dans un faste moderne et sobre, les leaders du nouveau parti haïtien ont présenté leur bébé sur les fronts baptismaux de la république. La centaine de cadre a la tète de ce parti représentant une grande brochette de la société haïtienne ont posé fièrement mais simplement pour les objectifs des photographes immortalisant ce moment historique. La naissance finalement après plus de deux cent ans d’indépendance d’un parti politique haïtien moderne, structuré et représentatif de la population. Dans les instances dirigeantes de cette entité, nous pouvions observer la présence de médecins, d’avocats, d’hommes d’affaires, de leaders civiques, de cultivateurs, de professionnels, d’enseignants… des professionnels des secteurs aussi divers que la finance, la culture ou la production agricole.

Tous les adhérents et membres du parti partagent une seule vision. Et elle n’est pas nécessairement politique, dans le sens d’un courant idéologique. Non, tous veulent le développement du pays. Sa modernisation et son positionnement positif dans le concert des nations. Dans les discours de circonstances, le passé a été rarement évoqué comme cela se fait d’habitude dans de telle circonstance. Ce sont des hommes et femmes regardant résolument vers l’avenir. Ils veulent refaire Vertières et Bois Caïman, donc, ils n’ont pas besoin de citer nos ancêtres à tout bout de champs. Les actions des prédécesseurs, des précurseurs les guident et les conseillent mais les leaders et dirigeants de ce parti, de ce mouvement ont décidé sagement de laisser les morts enterrer leurs morts. Notre fierté Dessaliniene ou Louverturienne ne donnera pas à manger au peuple et ne le vêtira pas a eu à déclarer à plusieurs reprises, le ministre des finances putatif du parti. Il faut pouvoir dire avec fierté le 18 novembre de l’année prochaine que nous avons gagné la bataille de la malnutrition et se préparer pour une nouvelle. Car notre 1804 à nous ne se fera pas de si tôt. Nous n’en sommes qu’au commencement de notre guerre contre l’ignorance, les maladies, l’analphabétisme, le Sida, la mortalité infantile, le chômage, l’insalubrité, la bidonvilisation, la corruption, les gabegies, l’occupation étrangère, les proconsulisme, l’insécurité, le blackout, le déboisement, la dégradation écologique, la prostitution des mœurs et des corps, la sous production, la famine, la saleté,

Les batailles seront rudes et même mortelles. Nous en gagnerons certaines et d’autres seront perdus. Mais ce sont ces derniers que nous continuerons de mener jusqu’à la victoire. Un travail de longue haleine mais d’autres l’ont déjà réussi en une génération. Nos amis de Taiwan. Ou la république voisine. Concernant cette dernière, amie et concurrente, le ministre des affaires étrangères ad hoc de la formation politique, avise que notre attitude envers elle sera complètement revue quand son parti aura les rênes du pouvoir. Amitié mais respect. Collaboration mais respect. Partenariat mais toujours dans le respect. Nous ne continuerons pas de subventionner et de participer au développement et à la croissance de notre voisin sans rien recevoir en retour. Réciprocité économique, diplomatique et migratoire, préconise l’ancien homme d’affaires.

La création massive d’emplois est le cheval de bataille de ce nouveau parti. Non pas aussitôt qu’il arrive au pouvoir mais dès maintenant. Les dirigeants ont profité de la circonstance pour annoncer plusieurs méga projets, privé certes, mais orchestré par leur entremise entre des entrepreneurs locaux, étrangers et immigrés.  Citons la création et construction de la première université moderne du pays qui dès sa première phase pourra accueillir deux mille étudiants dans un parc à quelques kilomètres de  la ville de Jacmel. S’étendant sur plus de vingt hectares, cette université créée en association avec la Universidad Catolica de la République Dominicaine et la Illinois University des Etats-Unis sera une petite ville moderne, offrant toutes les opportunités et avantages d’une  ville universitaire.

Cela arrivera t-il jamais ? Pourrons-nous nous unir pour réaliser ce grand rêve. Car sans structure dans tous les secteurs, le pays continuera de végéter, victime de la cupidité, de la malfaisance et de l’incompétence des faux prophètes.

Vladimir Fardin



Laisser un commentaire

uneaura4etoiles |
Fanatique d'esprit |
Scravic |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | New EVENING Newcastle CHRON...
| Archives Montségur 09
| Paroles de Soie